La Maison

_patio-dia

“Nature never did betray the heart that loved her”

(La Nature ne trahit jamais le cœur qui l’aima)
Ainsi résonnent les vers de William Wordsworth (poète romantique anglais, 1770-1850) et c’est la devise qui a guidé les pas de son descendant Charles W. Wordsworth au moment de choisir le lieu où construire ce délicieux hôtel rural dans le nord de la province de Huelva. La Fronda est un véritable paradis pour les amoureux de la nature. Elle est installée sur une propriété de 10 hectares de chênes liège et de châtaigniers au cœur du Parc Naturel de la Sierra de Aracena et les Pics de Aroche. Elle fait partie de la Réserve de la Biosphère “Dehesas de Sierra Morena” et elle jouit de la distinction “Réserve Starlight” depuis 2014.

La famille Wordsworth tient ce coquet hôtel rural de 7 chambres construit de plain-pied pour en réduire l’impact visuel. L’eau provient de leur propre source et le chauffage est assuré par des plaques solaires. Les produits locaux tiennent le haut du pavé dans les cuisines (miel, fromage de chèvre, champignons, charcuterie, huile d’olive et le joyau de la couronne, le jambon AOC Jabugo) et au petit-déjeuner les confitures, le pain et le yaourt sont faits maison.

La Finca la Fronda jouit des plus belles vues de la Peña de Arias Montano et du petit village d’Alajar d’où nous parvient, quand le vent le permet, le son des cloches. Les 7 chambres partagent un patio andalou où poussent les orangers autour d’un étang, la lumière de la Sierra Morena entre à flots par les baies vitrées, parce que pour nous la lumière, l’espace, la proximité de la nature et les petits détails… constituent le luxe véritable. Pour autant que nous sachions, c’est le seul hôtel du monde où vous trouverez chaque soir un poème glissé sous l’oreiller, une sélection des coups de pinceau les plus évocateurs de notre arrière-arrière-grand-père William Wordsworth, traduites spécialement pour cette édition minimaliste.

Voici l’endroit – avec quelle douceur brille le soleil
à travers les feuilles qui s’estompent !
L’air dans l’habituel silence de ce bois
Est plus que silencieux : et ce lit de bruyère,
Où pourrions-nous trouver un lieu de repos plus délicieux ?

Extrait de Travelling de William Wordsworth